jeudi 14 août 2008

LA TOILE TISSEE PAR LE HEZBOLLAH, par J. Halevi et A. Perry (version française et anglaise)



LA TOILE TISSEE PAR LE HEZBOLLAH
Au-delà du Liban, ce groupe shiite devient une menace globale

Par Jonathan Halevi et Ashley Perry, chercheur et rédacteur en chef du JCPA, Jewish Center for Public Affairs à Jérusalem et spécialistes du Moyen Orient
Traduit par Albert Soued, pour www.nuitdorient.com
12/08/08

Les rodomontades de l'Iran sont montées d'un cran récemment, essayant de dissuader toute attaque sur ses installations nucléaires. Le président Ahmedinejad a menacé que les forces Iraniennes allaient "couper les mains" de leurs ennemis, avant qu'ils ne puissent appuyer sur la gâchette. Beaucoup ont interprété cette déclaration comme une possible attaque préventive de missiles. Mais il y a pire.
Depuis de nombreuses années, le Hezbollah, organisation satellite de l'Iran, a étendu son influence très loin. Dans son idéologie d'aller jusqu'au bout contre l'Occident, l'Iran a beaucoup appris des 2 guerres du Golfe. Opposés à Saddam Hussein, qui menaçait l'Occident d'une guerre totale, menace qui restait sur le plan rhétorique, les ayatollahs sont plus conséquents que lui, car ils ont tissé un réseau global terroriste à travers le monde, prêt à entrer en action sur ordre.

Le Hezbollah est partie prenante du régime de la révolution islamique de Téhéran. Les autorités religieuses de l'Iran ont donné au sheikh Hassan Nasrallah le titre de "représentant Libanais", ce qui lui confère une part du pouvoir du régime Iranien. Le Hezbollah reçoit des millions $ par an de l'Iran pour financer ses opérations. Après la 2ème Guerre du Liban, il reçut encore plus de fonds pour compenser les pertes militaires et civiles et pour réhabiliter les villages shiites qui l'ont soutenu. Le transfert des fonds est réalisé à travers la Brigade Al Qods, appartenant aux Gardiens de la Révolution, le Ministère des Affaires Etrangères et des filiales d'Institutions officielles au Liban.

Le calme relatif actuel le long de la frontière Libanaise avec Israël ne signifie nullement que l'enthousiasme du Hezbollah s'est calmé. Bien au contraire, il permet au Hezbollah de poursuivre ses principaux objectifs, changer la constitution libanaise en faveur d'une part plus importante au Parlement, dans le but de profiter d'un système démocratique et s'emparer du pays, le transformant en nation islamique, avec la shiah triomphante.

Le Hezbollah et son chef charismatique sont très populaires dans le monde arabe, même parmi certains sunnites. Il est un facteur important dans l'entraînement des masses vers le jihad. Sa méthode est de soutenir toutes les factions qui cherchent à renverser un gouvernement arabe en place, à affaiblir toute opposition sunnite, à créer des alliances stratégiques locales avec le mouvement des Frères Musulmans, à infiltrer les zones palestiniennes. Ces activités sont en harmonie avec le programme politique Iranien élaboré dans les années 90 pour 50 ans. Selon ce programme, la révolution islamique doit être exportée dans les pays voisins et au-delà, par le prêche, par l'émigration shiite, par l'achat d'immeubles, par la formation de groupes politiques, par l'infiltration des gouvernements en place, par la subversion progressive des Parlements élus démocratiquement et des autres institutions où le pouvoir se focalise.

NOUS AVONS LES MOYENS

On trouve les traces du Hezbollah iranien dans divers pays d'Afrique et d'Amérique latine. Au Nigéria, le Hezbollah opère au sein des shiites Libanais expatriés et des populations locales. Le chef de la shiah locale au Nigéria est le Sheikh Zakzaky qui a réussi à faire idolâtrer dans son pays Hassan Nasrallah et les ayatollahs d'Iran.
Au Vénézuela et dans les autres pays d'Amérique du Sud, le Hezbollah mène une campagne de longue haleine pour convertir les Indiens à l'Islam Shiite. Teodoro Rafael Darnott, connu aussi comme le "le Commandant Teodoro" a récemment déclaré:
"Si les Etats-Unis attaquent l'Iran, le seul pays gouverné par Dieu, nous riposteront en Amérique Latine, et même à l'intérieur des Etats-Unis. Nous en avons les moyens et nous savons comment faire. Nous saboterons tout l'acheminement du pétrole vers les Etats-Unis. Vous êtes prévenus !"

Le 29 juin, le quotisien du Koweit, al Syassa a rapporté que le Hezbollah entraînait de jeunes Vénézuéliens dans des camps militaires au Sud du Liban, afin de les préparer à attaquer des cibles américaines. De plus, le Hezbollah et l'Iran ont installé des cellules secrètes pour mener des attaques terroristes, à l'image de celles qui ont détruit l'ambassade d'Israël à Buenos Aires et le siège de l'association juive Amia, au début des années 90, ou de celles qui ont eu lieu au Koweit, en Arabie et en Thailande, et de celles qui ont raté à Londres,
Entre temps, ABC rapporte que le renseignement aux Etats-Unis et au Canada est au courant de cellules dormantes au Canada dont le rôle est de réunir des informations sur des cibles potentielles Juives et Israéliennes, à Ottawa et à Toronto (1). Les ramifications de la toile tissée par le Hezbollah est une menace sérieuse pour le monde entier. L'Iran a compris que pour vraiment menacer l'Occident et le maintenir en otage, il fallait créer une multitude de menaces ancrées localement dans divers pays où l'Occident a des intérêts.
Le gouvernement anglais est un des rares à réaliser ces menaces et il a mis hors la loi la branche militaire du Hezbollah. Il est grand temps que d'autres pays occidentaux suivent cette voie, s'ils veulent neutraliser cet alter ego de l'Iran et son joker, prêt à sévir en cas d'attaque pour arrêter le projet nucléaire iranien.

Note de www.nuitdorient.com
(1) Ne nous leurrons pas, ces cellules dormantes existent aussi en Europe et notamment en banlieue parisienne

Hizbullah’s global reach
Shiite group’s reach extends far beyond Lebanon, poses global threat

By J. Halevi, A. Perry
- Lt. Col. (res.) Jonathan D. Halevi is a senior researcher of the Middle East and radical Islam at the Jerusalem Center for Public Affairs. He is the co-founder of the Orient Research Group Ltd. and is a former advisor to the Policy Planning Division of the Ministry of Foreign Affairs
- Ashley Perry is an editor at the Jerusalem Center for Public Affairs for the Middle East Strategic Information project

Recently, Iran’s sabre-rattling has escalated in an attempt to deter an attack on its nuclear facilities. Last month Iranian President Mahmoud Ahmadinejad threatened that “the (Iranian) armed forces will cut off the enemies’ hands before they can put their fingers on the trigger.”
While many have interpreted this as a possible pre-emptive missile strike emanating from Iran, there is an even more sinister possibility.
Over the last few years, Iran's proxy Hizbullah has been spreading its influence far and wide. In its brinksmanship with the West, Iran has learned much from the two neighboring Gulf Wars. As opposed to Saddam Hussein, whose threat of an all-out campaign against the West was largely rhetoric, Iran takes a global view and is diligently preparing terrorist networks all over the world to spring into action when the word is given.

Hizbullah is an integral part of the Islamic revolution regime in Tehran. The ruling Iranian religious authority gave Hassan Nasrallah the title of Lebanese “representative,” making him an essential part of the Iranian revolution.
Hizbullah receives millions of dollars a year from Iran to finance its operations. After the Second Lebanon War it received even more funds to compensate for its military and civilian losses and to rehabilitate the Shiite villages that supported it. The Iranian funds are transferred to Hizbullah by the al-Quds Force of the Revolutionary Guards, the Iranian Foreign Ministry, and official institutions with branches in Lebanon.

The current relative calm along Lebanon’s border with Israel should not be mistaken for a cooling off of Hizbullah’s enthusiasm. Rather, it serves to mask Hizbullah’s focus of its main goals: changing the Lebanese constitution and ensuring a greater Shiite presence in the Lebanese parliament, with an eye to eventually taking over Lebanon by exploiting the country’s democratic processes to turn it into a radical Shiite Islamic country like Iran.
However, Hizbullah’s mission reaches far beyond Lebanon. Hizbullah is very popular in the Arab world, even amongst Sunnis, and is an important factor in sweeping the masses into jihad. The organization assists those who target their own governments in weakening Sunni opposition and in creating an admittedly ad hoc strategic alliance with the all the branches of the Muslim Brotherhood across the globe, infiltrating even Palestinian areas.
These activities are in line with the Iranian leadership’s 50-year plan made public at the end of the 1990s. According to an Iranian document, the plan is to export the Islamic revolution to neighboring countries and beyond through preaching, encouraging Shiite emigration, purchasing real estate, forming political organizations, infiltrating the local political establishments, and taking over the various parliaments and focal points of political power.

‘We have the means’
Iranian-Hizbullah footprints can be found in various African and South American countries. In Nigeria, for example, Hizbullah operates within the expatriate Lebanese Shiite and local populations. The leader of the indigenous Shiites in Nigeria, Sheikh Zakzaky, has created idolism for Hassan Nasrallah and the leaders of Iran.

In Venezuela and other South American countries Hizbullah has been waging a long-term campaign to convert the native Indians to Shiite Islam. Teodoro Rafael Darnott, also known as “'Commander Teodoro,” recently claimed, “If the United States were to attack Iran, the only country ruled by God, we would counterattack in Latin America and even inside the United States itself. We have the means and we know how to go about it. We will sabotage the transportation of oil from Latin America to the US. You have been warned.”

On June 29 the Kuwaiti daily al-Siasa reported that Hizbullah was training young men from Venezuela in its military camps in south Lebanon to prepare them to attack American targets. In addition, Hizbullah and Iran has set up secret cells abroad for carrying out terrorist attacks. Such cells were responsible for the attacks on the Israeli Embassy and the AMIA Jewish Center building in Buenos Aires in the early 1990s, the attacks in Kuwait and Saudi Arabia, and attempted attacks in London and Thailand.

Meanwhile, ABC reported that the American and Canadian intelligence services had information about Hizbullah sleeper cells in Canada whose role was to gather intelligence about Israeli and Jewish targets in Ottawa and Toronto for possible terrorist attacks.
The ramifications of Hizbullah's reach are the very real threat they pose in many corners of the world. Iran has understood that to truly threaten and hold the West hostage it must create a multi-faceted menace to the citizens of these nations and their interests. Hizbullah's web of terror cells provides them just that.

The UK government is one of very few in the world to fully recognize this threat by recently outlawing the military wing of Hizbullah. It is time that more Western nations follow suit if they are going to neutralize Iran's surrogate and joker card in case of an attack on its nuclear program.

2 commentaires:

Mohamed El jerroudi a dit…

Bonjour
Je suis arrivé chez toi via facebook.
Ton blog d'un auteur m'intresse.
Je reviendrai te lire avecun immense plaisir .Sauf que pour l'anglais je suis nul....

Amitiés

Mohamed El jerroudi

Justine Mérieau a dit…

Merci Mohamed !
Et à très bientôt, j'espère ?
Surtout, prière de laisser des commentaires à l'auteur : ça fait très plaisir et c'est toujours intéressant d'avoir le point de vue des internautes...
Merci d'avance !

JUSTINE MERIEAU - ECRIVAIN

Blog destiné à faire connaître mes livres, romans et nouvelles. J'y présente des extraits de ceux-ci, avec également quelques inédits. Mais on y trouvera aussi mes humeurs littéraires du moment...
Bienvenue aux amoureux de la littérature !

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Saint-Joseph, 97480, Réunion
Ecrivain nantais, je suis romancière et nouvelliste. Je demeure à La Réunion depuis 1987.